À Manhattan ou à Rio, en Balenciaga ou en Prada.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I-2 > Quand les masques tombent

Aller en bas 
AuteurMessage
Blue Bloods
Admin

Admin
avatar

© Crédit Kit : © dyn (moi)

Féminin
Messages : 891
Date d'inscription : 14/10/2009
Age : 32

MessageSujet: I-2 > Quand les masques tombent   Ven 16 Juil - 9:50





Il est bientôt minuit, pour le moment, la soirée se déroule sans encombre ! Enfin ... presque. Car oui, alors que vous dansez tranquillement, un cri strident se fait entendre. Tout le monde s'arrête. Que se passe-t-il ?
Personne n'a encore oublié la mort d'Aggie et tout le monde se pose donc des questions....

Le MET jusqu'alors plongé dans l'obscurité s'éclaire de façon soudaine. Vous vous trouvez dans l'aile Antiquité du musée et tout le monde porte encore son masque mais ... il arrive toujours un moment où les masques tombent.


Ordre de passage :
1
2
3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueblood.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I-2 > Quand les masques tombent   Jeu 22 Juil - 17:47


À quoi avais-je pensé ? Me rendre au bal des 400! Décidément je m'étais totalement surestimé. Derrière mon loup, avec cette sensation de liberté d'action que m'apportait l'anonymat, il m'était de plus en plus difficile de résister à l'envie de planter mes crocs dans ces pantins de petits sang-bleu , de savourer l'exquis breuvage interdit. Il me fallait constamment me battre contre moi-même, comme cette voix qui me soufflait de manière si envoûtante à l'oreille :

*"Il ne te reconnaîtront même pas... seulement quelques secondes....ils ne verront rien...regarde ils dansent...valsent..ils ne verront rien... et qui soupçonnerait cette douce, cette innocente Alicia?...Ils ne te reconnaîtront même pas..." *

C'était la soif, l'envie me tiraillant qui s'adressait à moi dans un long monologue incessant qui s'était fait murmure pour ensuite se manifester si fort que mon crâne semblait vouloir se déchirer pour expulser l'insoutenable douleur de la puissante attraction de ces mots. Chaque seconde entouré de ses amuse-gueules masqués était un supplice, un châtiment que je m'infligeait comme pour prouver ma force, ma capacité à ne pas flancher, mais ce mélange d'idiote confiance aveugle en moi et de témérité aurait bien pu avoir de lourdes conséquences,mais encore un fois cela n'arriva pas. En fait, ce n'en était que d'un cheveux, j'ai faillit me laisser aller dans l'inconduite.

La fête battait de son plein, la musique était enivrante et je me suis laisser emporter, j'ai suivit doucement la voix si séduisante, lasse d'aller à l'encontre de mes désirs. Pour un instant seulement, j'ai tout oublié autour , j'ai oublié pourquoi j'étais là et qui j'étais. Je ne fessais qu'un avec cette voix de mes plus bas instincts, une seule idée m'emplissait l'esprit : mordre et ma raison répondant absente ne pouvait me dicter de faire autrement.Je m'étais donc approcher d'un grand brun quelconque qui sirotait un verre tourné de dos à moi . Je lui ai tapoté l'épaule doucement , il s'est retourné, me fixant de ses grands yeux noirs à travers son masque, interloqué. C'est au moment où son regard à croiser le mien que l'enchantement du désir de sang se rompu net. C'était comme si je vivais un retour dans la passé.J'ai revu le regard perçant de mon père, rempli de déception et d'admiration le jour où j'ai tué un sang-bleu. Le jour où j'ai mis sa vie en péril, notre vie en péril. Bien sûre, ce garçon n'était pas mon père, une partie de mon existence avait seulement refait surface au bon moment, pour nous sauver de la fatalité , autant ce beau brun que moi. Même si la tentation était moins puissante, il n'était pas question que j'engage la conversation . Et oui je venais de l'apprendre à la seconde, je n'étais pas invincible. Il me fallait absolument m'éloigner de cette salle et au plus vite.


Je me suis enfuie prestement vers le balcon, laissant ma victime en plan. Décidément, il devait croire que j'étais très étrange ,mais derrière mon masque cela importait peu et c'était même plutôt ironique ,car il ignorait la chance qu'il avait. Arrivée sur le balcon, je me suis laissée tomber lourdement sur une le sol m'adossant à la balustrade. J'étais à bout de souffle, toutes ses émotions et cette longue retenue m'avaient bouleversé . Je ressentais du soulagement et de la gratitude envers le hasard ou n'importe quelle puissance qui avait fait en sorte que je ne dévoile pas ma vraie nature en public. Si j'avais cru en dieu je l'aurais probablement remercié, mais ce n'étais pas le cas. Pour tout le moins, il y avait quelque chose de positif à tirer de tout ça, je connaissais à présent mes limites. Un peu d'air frais m'avait fait du bien et après de longues minutes loin de ce buffet à volonté j'avais enfin les idées plus clair. Il était donc temps pour moi de retourner à l'intérieur et de jouir du reste de la soirée, ma décision était prise j'allais y retourner, mais je ne laisserait plus JAMAIS une situation tel que celle que je venais de vivre se produire de nouveau. Ce qui m'aidait à ne pas succomber, c'était de savoir que, dans un avenir prochain, je n'allais plus avoir à me retenir. Le jour où les miens allaient dominé les sang-bleu, j'allais pouvoir les déguster tous, un à un si l'envie me prenait, les saigner tous sans avoir peur d'en subir les conséquences. Mais comme ce jour n'était pas arrivé, il me fallait continuer ma mascarade et accumuler des informations en bonne petite espionne que j'étais.

En me dirigeant vers la salle, je sentais clairement que quelque chose ne tournait pas round. C'est comme si on pouvait sentir dans l'air un vent d'inquiétude, de panique et d'incompréhension. Mes soupçons étaient fondés, car dès que j'ai mis un pied dans la pièce, j'ai vu tous ces petits regards affolés .Je m'étais alors dit que les choses allaient devenir très intéressantes...le scène que j'avais devant les yeux prenait des allures de drame et j'adorais cela, mais il me fallait demeurée prudente tout de même,car ce n'était pas pour une broutille, qu'ils étaient tous dans cet état! L'étape numéro un était alors de me renseigner sur la situation et j'avais repéré le poison idéal pour cela : un grand blond séduisant qui semblait bien inquiet à en juger par son expression faciale, j'avais décidé de lui demander ce qui s'était passé .De ma belle voix d'ange je l'avais donc interpellé:

" Hum.. désolé de te déranger. Je suis allée me promener sur le balcon pour prendre l'air il y a quelques minutes et maintenant que je suis de retour je ne comprend pas qu'est qui se passe, tout le monde à l'air si troublé ! Qu'est-il arrivé? "

Décidément, j'avais bien envie de lui enlever son masque à celui-là (et quelques vêtement au passage) pour voir si ce qui se cachait en dessous était aussi sublime que la partie que je pouvais voir ,mais comme ma mère ma souvent dit qu'il n'est pas bien de jouer avec sa nourriture, je me suis abstenue. Dommage...
Revenir en haut Aller en bas
 
I-2 > Quand les masques tombent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [bal]Que les masques tombent
» [INTRIGUE] Les masques tombent
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vampires de Manhattan :: 
{°_Le Sanctuaire de Blue Bloods
 :: {°_Trace des RP du passé
-
Sauter vers: