À Manhattan ou à Rio, en Balenciaga ou en Prada.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I-1 > Le coupable idéal

Aller en bas 
AuteurMessage
Blue Bloods
Admin

Admin
avatar

© Crédit Kit : © dyn (moi)

Féminin
Messages : 891
Date d'inscription : 14/10/2009
Age : 32

MessageSujet: I-1 > Le coupable idéal   Ven 16 Juil - 9:30





Votre action se passe vers les 22 heures. Le diner vient de se terminer, le bal masqué va débuter et Dylan est censé être rentré chez lui. Mesdemoiselles, vous avez donc changé de tenue et vous êtes à présent masquées. Vous seules savez qui vous êtes.

Le MET est plongé dans l'obscurité ; seules quelques bougies éclairent le buffet et le bar où l'alcool coule à flot. Vous vous trouvez dans l'aile Antiquité du musée.


Ordre de passage :
1
2
3

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blueblood.1fr1.net
Dylan Ward
La vie est un long fleuve tranquille
La vie est un long fleuve tranquille
avatar

© Crédit Kit : dyn

Messages : 76
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 35
Âge du personnage : 15 ans
Localisation : Duchesne

MessageSujet: Re: I-1 > Le coupable idéal   Lun 9 Aoû - 5:05

Etait-ce la belle vie ? Peut-être… pour lui, c’était juste une banale monotonie entre le lycée et son domicile. Et dire qu’il n’avait rien fait. Dylan soupira et enfila sa chemise bleuté et ferma ses boutons argentés un par un, sans quitter des yeux son miroir ou son œil se reflétait en silence avec un air qui sentait désespéré. Il était désespéré. Désespéré de rentrer juste après ce fichu banquet. Désespéré de ne pas pouvoir vivre comme il l’entendait. Désespéré de voir que personne ne voulait le croire lorsqu’il disait qu’il était innocent. Pourtant un fin sourire vint se glisser sur ses lèvres, ce soir il ferait ce qu’il souhaitait. Peu importe les conséquences et peu importe ce que les autres diraient. Ce soir, il n’en ferait qu’à sa tête. Sa ceinture bouclée, il laça ses chaussures et se parfuma légèrement. Il fallait être présentable pour voir Bliss. Il continua de sourire et sortit de sa chambre pour rejoindre le salon où sa mère l’attendait avec impatience, accompagnée par un policier en tenue d’apparat. Dylan fit une grimace qui en disait long sur ce qu’il pensait de cette escorte, salua sa mère et sortit dans la rue. Le policier le suivit. De loin. Comme l’avait bien précisé, Dylan avant de partir. Déjà qu’être suivit toute la journée par un clanpin en uniforme, il n’avait pas non plus envie de sentir son souffle dans son coup.

La route pour le MET fut rapide et lente à la fois. Rapide parce qu’il retrouva les seules personnes qui lui tenaient vraiment à cœur dans cette ville, mais trop lente à cause de cet idiot en costume qui le suivait comme un petit toutou à sa maman. Comme si Dylan était assez stupide pour aller assassiner quelqu’un alors qu’il était en liberté surveillée… non mais vraiment. Et puis, lui n’avait jamais tué personne. Il n’allait certainement pas commencer maintenant. Il entra au MET, laissant le flic derrière lui. Juste devant la porte, un grand sourire porté à ses lèvres, semblant vouloir dire « Dommage mon gars, tu ne peux pas venir… ». Il tourna le dos avec aisance et ignorance et entra dans le MET laissant derrière lui le policier sans la moindre pitié. Au repas, il ne fut pas à côté de Bliss. Dommage, cela lui aurait ravi sa soirée. Il avait l’impression que seule la compagnie de Bliss lui faisait du bien. Les autres, il s’en fichait. Dylan fut même incapable de dire si le repas lui plut ou non, trop absorbé par le profil de Bliss qu’il voyait à l’autre bout de la pièce.

Il avait mangé, il en était certain mais il aurait été incapable de dire quoi. De la tomate ? Ou du concombre ? Aucune idée et à vrai dire, Dylan s’en contre fichait royalement. Il était là, observant Bliss et cherchant une idée pour pouvoir participer au Bal. Parce que oui, il devait être rentré pour vingt-deux heures chez lui. Il entendait encore la voix du policier le dire à sa mère. Comme s’il ne pouvait pas s’adresser directement à lui pour le lui dire. Il n’allait pas lui sauter dessus quand même… Le diner en était au fromage, Dylan se leva dans un très long soupir. Il n’avait pas envie de dessert. De toute façon, il n’aimait pas le gâteau à la fraise, si tant est que ce soit bien un gâteau à la fraise qui serait donné au sang bleus. En même temps, il s’en fichait pas mal, s’il ne voulait pas être trop en retard pour le Bal Masqué, il devait rentrer chez lui le plus rapidement possible. Il sortit donc du MET sans rechigner et se plaça aux côtés du policier dans une moue dépitée. Il ne devait pas montrer sa joie, c’aurait paru suspect. Il rentra donc chez lui à vingt-et-une heure trente tapantes. Sa mère l’accueilli avec un immense sourire comme s’il ne l’avait pas vu depuis des mois. Dylan se dégagea gentiment de l’étreinte de sa mère et monta directement dans sa chambre. Le vampire se plaça devant son miroir et changea de tenue. Un jean bleu délavé et des converses noires. Une chemise blanche et rouge, dont il ne ferma pas le dernier bouton. Un loup vint finir sa tenue. Loup qu’il mit dans sa poche et s’assit sur son lit dans un bong plutôt bruyant. Et maintenant ?

Il s’allongea sur son lit, les yeux rivés vers le plafond. Il n’avait pus qu’à désactiver son bracelet et sortir. Le traversin installé sous sa couette fut rapide à mettre n place. Les trois quart de son plan étaient en place, il ne restait plus que le dernier quart. Le plus dur… dommage… il était pourtant bien parti. Il soupira et attrapa brusquement sa cheville. Dylan se mit à tirer sur le bracelet. Comme s’il suffisait de ça pour pouvoir l’enlever. Il tapa dessus avec la dos d’une cuillère qui trônait dans une tasse à café. Sans vraiment savoir ce qu’il faisait il attrapa son rouleau de scotch et mit un morceaux sur son bracelet et sur le détecteur. Aucune idée si cela marcherait. Il s’en fichait, il voulait juste sortir. Et si cela ne marchait pas ? Tant pis… il argumenterait en disant que c’était essentiel pour lui d’aller à ce bal. Il sortit par la fenêtre de sa chambre et couru jusqu’au Metropolitan Museum et entra par la porte de derrière. Une porte de service qui donnait dans un couloir sombre. Il pouvait voir dans le noir mais se guida par les bruits qui résonnaient dans le MET. Le diner venait de finir apparemment. Dylan mit son loup sur son visage et continua son chemin jusque dans une aile dont il ignorait le nom mais à en voir les objets qui trônaient dans les vitrines, il semblait être dans la partie Antiquités. Un fin sourire se glissa sur ses lèvres. Il s’arrêta devant l’une des vitrines pour observer un objet ressemblant à une gamelle. Des bruits de pas vinrent dans sa direction. Dylan se retourna vivement en lançant un « Salut » enjoué. C'était ça, la belle vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avadakedavra.forumactif.org/index.htm
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: I-1 > Le coupable idéal   Mar 17 Aoû - 4:25

La préparation était toujours tout un art avec Mimi. Elle m'avait aidé à choisir ma tenue complète et même celle pour le bal masqué d'après. Je savais bien sûr qu'elle avait fait attention à ce que je ne sois pas plus belle mais je m'en fichais pas mal. Après tout, Mimi devait TOUJOURS être la plus belle. On finissait par s'y habituer. Enfin bref, j'étais affublée (pardon habillée) d'une belle robe gris argent avec des pantoufles (non pas de verre) de la même couleur. Mes cheveux étaient coiffés en une cascade blonde avec seulement une sorte de couronne mais faite avec un ruban de la couleur de ma tenue. Je me regardais dans le miroir de ma chambre, satisfaite du résultat et allait toquer à la porte d'à côté, dans l'antre de ma cousine, Madeleine (plus communément appelée Mimi) Force. Elle me fit entrer et je soupirais en voyant qu'elle aboyait encore sur sa pauvre servante (ou en tout cas ce qui s'en rapprochait le plus). Je tapotais l'épaule de cette dernière en signe d'encouragement et dis à ma cousine :

-Tu ne devrais pas être aussi peste avec les gens, tu le sais ça ?


Elle me lança un regard dédaigneux alors que je soupirais. J'y étais habituée après tout. Je commençais à observer sa chambre quand son frère - et donc mon cousin - Jack vint frapper à la porte, voir si la reine de la soirée (en tout cas voilà pour quoi elle se prenait) était enfin prête. Vu que ce n'était pas le cas, il m'offrit de l'accompagner pour y aller, Mimi nous rejoindrait. Celle-ci fit la moue mais accepta, ne pouvant rien refuser à son jumeau.

C'est donc comme ça que je me retrouvais dans la limousine des Force, direction le MET et le bal des 400. Je regardais les rues de Manhattan défiler alors que Jack me tirait de mes pensées (presque inexistantes, je l'avoue malgré tout) en me disant que nous étions arrivés. Je vous explique pourquoi je n'ai pas eu le temps de penser. Bah c'est simple, le MET est trop proche de chez les Force (Oui je l'avoue, je suis bien blonde). Toujours est-il que je sortis de la grande limousine au bras de mon cousin qui avait fière allure dans son costume. Oui, j'étais fière qu'il n'ait pas attendu Mimi et ce seulement parce que c'était moi qui me pointait à son bras. Je l'adorais moi mon cousin.

Nous fûmes annoncés et tout le monde se tourna vers nous quand nous entrâmes. Je souriais (pas niaisement c'est promis !) et nous allâmes nous asseoir à la table qui nous étaient assignée. Mimi arriva seulement quelques minutes après nous au bras de son père, Charles Force. Trinity était en voyage d'affaire tellement important que même le bal ne passait pas avant. Enfin ... Elle avait dit qu'elle essaierait de passer. On y croyait tous ! En même temps, c'était un devoir d'y assister alors elle avait plutôt intérêt ! Nous nous mîmes tous à table après que Charles ait prononcé quelques mots puis, nous nous attaquâmes aux différents plats. Tout le dîner se passa dans une ambiance joyeuse à notre table et Trinity finit par arriver, s'excusant de son retard. Je lui souris gentiment et notre conversation entre moi et les jumeaux reprit. Nous parlions avec une sorte de langage codé pour pouvoir discuter de la fête à suivre bien tranquillement.

-Et tu as bien décoré le vase ? demandais-je à Mimi

-Oui oui, ne t'en fais donc pas c'est magnifique !


Enfin bref des trucs du même acabit suivirent et je ne vis pas le repas passer. Quand ce fut enfin terminé, Mimi et moi rentrâmes dans la première limousine après avoir fait un au revoir général. Nous arrivâmes dans l'hôtel privé des Force comme des tornades, déboulant chacune dans notre chambre. Je retirais précautionneusement ma robe et enfilais l'autre, Chanel, de couleur or et pleines de paillettes, celle digne d'une princesse. Je mis mes escarpins et changeais de couronne. Je pris ensuite mon masque vénitien doré et sortit de la chambre en même temps que Mimi. Celle-ci avait fait plus vite que la dernière fois. Nous nous sourîmes et nous entrâmes dans la limousine, direction le MET ! Encore une fois, je vous l'accorde.

Quand nous arrivâmes, elle me quitta et me laissa seule pour aller retrouver son frère. J'avançais un peu dans les longs couloirs et finit par m'arrêter près d'une table où l'on servait des boissons. Je m'adossais à une colonne, voulant attendre que mes yeux s'habituent au noir intense de la pièce, ce qui ne serait pas long. Je regardais près de l'entrée quand je vis quelqu'un arriver. Un jeune homme que je ne reconnaissais pas. Il avait un peu l'air d'un fuyard, quelqu'un qui ne voulait pas se faire prendre. Je souris et m'avançais vers lui, intriguée.

Le jeune homme se tourna soudain vers moi, sourire aux lèvres et me salua. Je lui souris en retour. Je ne reconnaissais pas cette voix et pourtant, ce ton enjoué me rappelait quelqu'un. Pourtant, impossible de dire qui.

-Bonsoir, répondis-je en retour.

Je ne savais trop que faire. Lui demander directement qui il était ? Ce serait trop impoli. Je préférais attendre un peu et demandais à la place :

-Tu t'amuse bien ?

Le vouvoiement n'était pas dans mes habitudes et il était jeune je devais donc le connaître du lycée donc, pas besoin de le vouvoyer. Logique non !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I-1 > Le coupable idéal   

Revenir en haut Aller en bas
 
I-1 > Le coupable idéal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Inquisition/coupable] Anjia (25/04/1459)
» Faites office de coupable, ou soyez coupable d'office
» [Coupable]-escroquerie-Pug-(15/12/56)
» [Coupable]03/09/1455-Lucrrrr
» [Coupable/Prise de la mairie/Niort] Loupphoque (14/11/1458)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vampires de Manhattan :: 
{°_Le Sanctuaire de Blue Bloods
 :: {°_Trace des RP du passé
-
Sauter vers: